ArtCOP21

Villes potentielles, architecture et anthropocène

Exposition

25 Nov 2015 - 05 Jan 2016, All Day

Maison de l'architecture, Paris

HBLM-architecture-anthropocene-cadavre-exquis - copie

Henri Bony-Simon de Dreuille, Eric Stéphany-NP2F, Encore Heureux-Bertrand Segers

Quand

25 Nov 2015 - 05 Jan 2016
All Day

Maison de l'architecture
148 rue du Faubourg Saint Martin
Paris,  75010
France
Voir sur la carte

Type

Visit website

40 maquettes, 64 dessins originaux réalisés par trente architectes d’aujourd’hui, 90 images de références sur la ville à l’ère de l’anthropocène : l’exposition « villes potentielles » propose une entrée sur l’imaginaire architectural et urbain que convoquent les changements climatiques pour trente jeunes architectes.

Alors que la COP21 se prépare, “villes potentielles, architecture et anthropocène” a pour ambition de mener une réflexion sur l’imaginaire architectural et urbain que convoquent les changements climatiques. Trente jeunes architectes et quelques unes de leurs figures tutélaires participent à cet événement et engagent un travail commun pour penser la ville à l’ère de l’anthropocène.

L’exposition “villes potentielles” s’articule autour de deux séquences, une séquence Histoire et une séquence Manifeste. La séquence Histoire a pour ambition de saisir la relation que la ville et l’architecture entretiennent au climat et à l’idée de nature en croisant plusieurs temporalités : le temps long qui revient sur l’évolution de Paris et son environnement (-52 avant JC - 2241), le temps moyen qui présente dix-huit projets à l’ère de l’anthropocène (1789-2015) et le temps court qui analyse la construction du récit écologiste dans le milieu de l’architecture de la création du GIEC à la COP21 (1988-2015). La séquence Manifeste présente deux oeuvres collectives réalisées par trente agences d’architecture. Par le dessin d’un cadavre exquis et par la constitution d’un atlas commun, les architectes questionnent la manière dont la thèse de l’anthropocène modifie les figures architecturales que sont : le foyer qui renvoie à l’intime, la place qui renvoie à ce qui est public et la limite qui renvoie à ce qui est sacré.

En parallèle se tient le colloque « villes potentielles » qui s’intéresse à la manière dont la thèse de l’anthropocène bouleverse trois figures de la ville: le foyer, la place publique, la limite. Les trois rencontres réunissent dix-huit intervenants du milieu de l’architecture, de l’art, de la philosophie, de la politique et de l’écologie.
Mercredi 09 décembre, 18h30-21h : Le foyer à l’ère de l’anthropocène. Avec Philippe Chiambaretta, Nicolas Bourriaud, Françoise Fromonot, Fanny Lopez, Jean-Philippe Vassal, Han Walter Müller.
Jeudi 10 décembre, 16h30-19h : La place publique à l’ère de l’anthropocène. Avec Patrick Bouchain, Rotor, Catherine Jacquot, Caroline Maniaque, Mathieu Mercuriali, Jean-Louis Violeau.
Vendredi 11 décembre, 18h30-21h. La limite à l’ère de l’anthropocène. Avec Christophe Bonneuil, Franck Boutté, Mireille Ferri, Djamel Klouche, Catherine Larrère, Dominique Rouillard, Nasrine Seraji.

Maison de l’architecture en Ile-de-France
Laboratoire Architecture Culture Société
Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Malaquais
Leroy Merlin, Abvent, galerie VU, WIP
Metsawood